25/08/2011

2.2 Difficulté extrême / Manque de clarté

J.M. Jacques, Pensez Europe 93: parlez esperanto, Revue de l’ organ. des études, 10, déc. 1990 

 

“Ainsi, 12 terminaisons verbales suffisent à exprimer toutes les nuances du présent, du passé et du futur.  Quelle différence avec la langue russe qui en a 157, l’allemand 364, l’anglais 652 et le français qui bat le record avec 2265 (sauf erreur ou omissions).”  (p.39)

 

 

Albert Doppagne, 3 aspects du français contemporain, ...

 

(p.10) "Mon regretté maître Antoine Grégoire avait dénombré, par exemple, quarante-six façons de transcrire en français le simple son ô (o, ô, os, oh, au, aux, eau, haut, hauts, ao, aô, aut, ot, ots, ôt, ôts, ault, auld, etc.). Et il n'y a rien d'exceptionnel dans notre système, vous pouvez trouver plus de façons encore pour écrire le son 'an', que vous entendez deux fois dans le mot enfant."

 

 

CONSEQUENCES :

 

FRANCE 3 - 20.50, Des racines et des ailes, VA 07/04/1999

 

Entre 10 et 20 % des Français ... pourtant passés par l’école, sont incapables de lire et comprendre un texte simple.

 

 

Dorothée Klein, Le français, un pont aux ânes, Le Vif/L’express, 29/05/1998

 

De 60 à 70 % des étudiants de 1re candidature, toutes spécialités confondues, ignorent la signification du mot ‘corollaire’, qui apparaît pourtant fréquemment dans les syllabus.  Plus de 80 % d’entre eux sont également incapables de donner un synonyme de ‘stigmatiser’ ou de ‘dichotomie’.  La plupart confondent ‘effraction’ et ‘infraction’ ou ‘induire’ et ‘déduire’...

 

 

Olivier Mouton, Que faire pour éviter la catastrophe en sciences?, LB 08/04/1998 

 

“Les petits francophones n’ont vu, à ce moment /en deuxième secondaire/, que 39 pc des matières sur lesquelles ont interroge contre 74 pc ailleurs”, vu l’analyse internationale des programmes officiels pour les matières scientifiques.

15:02 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.