26/05/2017

PLAN

0PLAN.jpg

23:39 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

1 MENSONGES à propos du français / 1.1 FAUX : Nombre de locuteurs & Universalité

Jean-Michel Magain, Les "Cajuns" débarquent, LS 25/07/1990

 

"Nous sommes 500 millions à parler le français dans le monde", chante Julos Beaucarne. » (sic)

 

 

Christian Laporte, Paroles, double fête de la langue et des jeunes, LS, 28/10/1987

 

"...les 180 millions de francophones chers à Julos Beaucarne".

 

 

Barrera-Vidal Albert, Coune Boris, éd., Le français, une aventure, un avenir !, éd. Wallonie-France, 2004

Walter Henriette

(p.123) Selon cette enquête, il y avait dans le monde, en 1998, 112.666.000 francophones réels auxquels il faut ajouter 60.612.000 francophones occasionnels.

 

 

Barrera-Vidal Albert, Coune Boris, éd., Le français, une aventure, un avenir !, éd. Wallonie-France, 2004

Salon Albert

 

(p.207) La situation quantitative du français dans le monde en 2003 : environ 75 millions

de francophones de langue maternelle, 55 millions de francophones d'éducation et de culture, c'est-à-dire de locuteurs d'autres langues maternelles ayant accompli une partie importante de leur scolarité, de leur vie professionnelle, ou de leurs études supérieures, en français. Enfin au moins 60 millions de « francisants », enfants et d' adultes qui ont déjà une connaissance du français au moins équivalente à celle que donnent deux cents heures d' apprentissage, mais n' ont pas encore celle des « francophones » précités. Soit environ 200 millions de personnes. Le français vient derrière le chinois dans ses variétés, et derrière l'anglais et l'espagnol.

 

 

PIRE ENCORE:

 

nombe2010AL2003b.jpg

(in: AL, 20/03/2010)

 

23:39 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

1.2 FAUX: "Supériorité"

André Cherpillod, L'espéranto, langue démocratique, Conférence faite au Mans, 05/12/1999

 

(p.14) Les Etats-Unis et leur alphabet rudimentaire (sic) de 26 lettres.

'L'anglo-américain (sic) est aux langues ce que le ténia (sic) est à l'homme!' (p.14)

(p.5) 'Un Français peut bénir le destin qui l'a fait naître en France.'

23:39 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/08/2011

1.3 FAUX: "Clarté"

RIVAROL: "Ce qui n' est pas clair n' est pas français."

 

Barrera-Vidal Albert, Coune Boris, éd., Le français, une aventure, un avenir !, éd. Wallonie-France, 2004

 

(avant-propos) Pratiqué sur les cinq continents, le français demeure pourtant une langue de communication et de prestige, qui garde ses vertus propres de clarté, de précision et d' élégance.

15:08 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

1.4 FAUX: Richesse

Félix Marganne, Simplifier l' orthographe?, LB 19/12/1990

 

"Le génie du français n' est-il pas sa richesse du vocabulaire, sa précision du terme propre, ses figures de style, ses différences de l' expression, ses comparaisons judicieuses, ses sonorités savoureuses, etc."

 

richesseVA04031999.jpg

15:06 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

1.5 FAUX: "Beauté supérieure"

Albert Jacquard, Ma langue (dans: Préface d' un livre pour l' école de Bourcy)

 

"Si le français est "la plus belle langue du monde", c'est qu'elle a su absorber les mots que d'autres langues lui ont proposés et, acceptant le mot, s'enrichir du concept évoqué par le mot."

15:06 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

1.7 FAUX: "Notre langue"

André Goosse, Le français, notre langue, LB 11/03/1995

 

“Le français est notre langue, notre langue maternelle.”

Le français est notre langue depuis le 13e siècle au moins, c’est-à-dire depuis que nos ancêtre ont senti le besoin d’écrire autrement qu’en latin.

“D’abord langue écrite, le français sera aussi peu à peu langue parlée, d’abord dans les classes dites supérieures, qui continuent à recourir au dialecte dans leurs rapports avec le peuple.  Selon une progression qui sera accélérée par l’enseignement obligatoire, cela s’étendra au peuple lui-même, qui deviendra bilingue à mesure que la bourgeoisie cessera de l’être. Le dialecte finira par être victime de la promotion du français; je ne suis pas de ceux qui se réjouissent de ce corollaire.”

 

Barrera-Vidal Albert, Coune Boris, éd., Le français, une aventure, un avenir !, éd. Wallonie-France, 2004

Wilmet Marc

(p.25) Le français ne fut jamais chez nous une langue importée.

15:05 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |